VOTE | 249 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#103 : Le nouveau départ

Titre VO : Tabula Rasa
Titre VF : Le nouveau départ
Centric sur : Kate
Diffusion USA : 06/10/04
Diffusion France : 25/06/05
Guest Stars : Kimberley Joseph (Cindy Chandler), Fredric Lehne (Marshal Edward Mars) , Nick Tate (Ray)

Résumé court :

Jack et Hurley découvrent le terrible secret de Kate, tandis que le Marshall est entre la vie et la mort.

Pendant ce temps, Kate, Charlie, Sawyer, Sayid, Boone et Shannon hésitent à révéler les mystères de l'île qu'ils ont découvert afin d'éviter une panique.

Par ailleurs, Michael n'apprécie guère les liens d'amitié qui se sont créés entre son fils, Walt, et Locke.

Popularité


4.7 - 10 votes

Vidéos

103 - Trailer

103 - Trailer

  

Plus de détails

Le marshall révèle à Jack que Kate est une dangereuse fugitive.
Le groupe qui était parti essayer de transmettre décide de passer la nuit sur une plaine afin de ne pas s’aventurer dans la jungle. Ils décident de ne pas dire aux autres qu’ils ont reçu un autre message, pour ne pas enlever le peu d’espoir qu’il leur reste, et confient à l’unanimité le pistolet à… Kate.
Hurley découvre qui est Kate à son tour.
Flash-back : Kate est en Australie, sans argent, et après s’être réfugiée chez un fermier, elle décide de travailler pour lui. Trois mois après, elle veut partir pendant la nuit sans le prévenir, mais il la surprend, et lui propose de l’amener le lendemain à la gare.
Kate va voir le marshall, qui se réveille et essaye de l’étrangler, c’est alors que Jack intervient. Elle lui demande s’il ne vaut pas mieux le laisser mourir pour qu’il souffre moins longtemps, et c’est alors que Jack lui avoue qu’il connaît la vérité et que lui n’est pas un meurtrier.
Encore un flash-back où on voit que le fermier trahit Kate pendant qu’il l’emmène à la gare. En effet, le marshall les suit…
Walt convaint son père de rechercher Vincent (son chien). Pendant ce temps, Mr Locke fabrique un sifflet, grâce auquel il le retrouve.
Dans un autre flash-back, Kate prend le contrôle de la voiture et la fait tomber dans le fossé. Alors qu’elle va exploser, elle sauve le fermier, ce qui lui vaut de se faire arrêter.
Alors qu’elle rend une nouvelle visite au marshall, il lui demande de le tuer car il souffre trop. C’est Sawyer qui s’en occupe, mais il rate le cœur : le marshall souffre encore plus, et il n’y a pas d’autre balle dans le chargeur… Mais il meurt peu après.
Kate va voir Jack pour lui avouer la raison de son arrestation, mais il ne veut rien savoir. Pour lui, le passé ne compte plus depuis qu’ils ne sont que des survivants…

Résumé des événements avant et après le crash de l'avion.

 

L'avion est en pleine zone de turbulence lorsqu'il se crashe dans un endroit inconnu. Les survivants, ainsi que les débris de l'appareil sont sur une plage.

Jack : (Au loin.) Venez m'aider !

 

Quelques heures après le crash

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Nuit

Jack inspecte la blessure d'un homme, avec un bout de métal à l'abdomen, à l'aide d'une lampe torche et sous les yeux de Kate.

Kate : Il va s'en sortir ?

Jack : (Regardant vers elle.) Vous le connaissez ?

Kate : Il était assis à côté de moi.

L'homme est en gros plan, le visage ensanglanté. Il se trouve qu'il s'agit d'un Marshall.

 

EXTÉRIEUR - Sur une partie de la plage - Nuit

Une autre séquence montre Sayid et Charlie assis sur un des débris de l'avion.

Sayid : (Hors cadre.) Ils auraient déjà dû arriver.

Charlie : (Remontant sa capuche.) Qui ça ?

Sayid : N'importe qui.

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Un peu plus tard, c'est un enfant, prénommé Walt, qui interpelle un homme assis sur la plage.

Walt : À quoi vous jouez ? Aux échecs ?

John : Pas vraiment. C'est beaucoup mieux (à voix basse) que les échecs. (Il a devant lui un plateau de jeu, alors que le jeune l'écoute attentivement.) Ca se joue à deux, chacun un côté. (Montrant un pion blanc et un pion noir.) La lute du bien contre le mal. (Ils se regardent les yeux dans les yeux.)Bonhomme, tu veux que je te dise un secret ?

 

Retour au présent, deux jours après le crash

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Alors que les débris de l'avion continuent de joncher le sol, les survivants dont Claire, commencent à trier les valises ou à déblayer tout ce qui se trouve sur la plage. L'homme blessé est allongé et réveillé, continue de parler.

Marshall : (Le regard livide et à voix basse.) Méfiez-vous d'elle. Elle est dangereuse. (Il a toujours un bandage sur la tête.)

Jack : (Se trouvant à côté de lui.) Essayez de ne pas bouger.

Marshall : (Toujours à voix basse.) Je dois la retrouver. (Alors que sa tête est posée sur une trousse, il respire difficilement.) Je dois la ramener.

Jack : Oui, vous le répétez tout le temps, (il est en train de recoudre la plaie) mais à chaque fois que je vous demande de qui il s'agit, vous retombez dans les vaps. Vous avez de la fièvre. A mon avis, vous êtes en train de délirer.

Marshall : (Lui répondant comme il peut.) Non, mes menottes..., mes menottes. Où sont mes menottes ?

Jack : (Le regardant, surpris de ce qu'il entend.) Vos quoi ?

Mashall : (Se tournant vers Jack, il hausse la voix.) Poche droite de ma veste.

Jack : (Il est étonné, ne sachant que dire.) Comment...

Marshall : (Criant.) Poche droite de ma veste !

Jack : (Il hoche la tête en signe d'acquiescement.) D'accord. (Il se relève et s'approche de la veste de l'homme et sort une feuille. Il la déplie afin de voir qui il s'agit.

Marshall : (A voix basse.) Elle est dangereuse. Elle est dangereuse.

En voyant la personne sur la feuille, Jack semble sonné de voir qu'il s'agit de Kate. Ce sont deux photos, l'une de face et l'autre de profil, qui ont été prises lors de son arrestation. Il se met à respirer un peu plus fort, toujours aussi surpris de la voir. Il ne peut imaginer qu'elle puisse être une criminelle.

 

EXTÉRIEUR - Dans la vallée - Début de soirée

Kate, justement, est en train de marcher, pensive, suivie par les autres membres du groupe. Sawyer se met à regarder derrière lui.

Boone : (Fermant la marche.) La nuit tombe.

Sawyer : (Il se trouve à côté de lui.) Alors, accélère !

Boone : Pauvre plouc !

Sawyer : Vas-y, répète ! (Ils se toisent du regard.)

Sayid : (Se retournant vers les autres.) On devrait camper ici.

Shannon : (S'interrogeant.) Camper ? Ici ?

Sayid : (Il s'arrête ainsi que le reste du groupe, alors qu'il dépose son sac au sol.) Ouais, ici.

Sawyer : (Continuant à marcher.) Moi, je ne m'arrête pas, bon barbecue !

Sayid : (Il regarde vers Sawyer.) Traverser la jungle en pleine nuit, excellente idée !

Sawyer : (Ironisant.) Wouh... Vous croyez que les arbres vont nous attaquer ?

Sayid : (Lui répondant sèchement.) Non, ce qui va nous attaquer, c'est ce qui arrache les arbres.

Sawyer : (Hors cadre.) Si tu es si inquiet pour moi, (il sort son pistolet avec sa main gauche puis le brandit en l'air) tu n'as qu'à me rendre mon chargeur.

Kate : Commencez plutôt par ranger votre arme. (Il sourit de dépit alors qu'il la baisse) Sayid a raison, si vous continuez, vous n'arrivez pas à la plage.

Sawyer : (Il la regarde.) Et je peux savoir pourquoi ?

Kate : (Après une pause, alors que Charlie se tourne vers elle, Kate se met à parler à voix basse.) Vous pouvez me croire.

 

EXTÉRIEUR - Dans la vallée - Nuit

Comme prévu, ils se sont installés afin de camper. Le groupe se trouve autour d'un feu de camp.

Sayid : (Déposant une pierre avec sa main gauche sur sol, sous le regard attentif de Shannon.) Ca, c'est l'Australie. (Il explique à l'aide d'une torche allumée qui se trouve dans l'autre main.) Ca, c'est nous.

Sawyer : (Continuant de le taquiner.) Bravo, professeur.

Sayid : (Il ne prête pas attention et parle en montrant la trajectoire de leur vol.) Il y a deux jours, nous décollons de Sydney. (Mettant la torche à l'horizontal.) Nous suivons la route habituelle par le nord-est, c'est celle de tous les vols commerciaux à destination de Los Angeles. (Charlie et Kate sont toujours aussi attentifs.) Le pilote a bien dit qu'il avait perdu toute communication avec le sol ?

Kate : (Hors cadre.) Oui, après six heures de vol (adossée à un tronc d'arbre, les bras croisés) et il est reparti sur les Fidji.

Sayid : (Hors cadre.) Donc, on a changé de cap. (Boone écoute attentivement.) Mais avec la panne radio, personne ne l'a su. On a rencontré la turbulence, (gardant toujours la torche dans la main, il l'enfonce vers le sol) la suite, on la connaît. (Il l'agite faisant éteindre la flamme.)

Kate : D'après le pilote, on se trouvait à plus de 1 500 kilomètres de notre cap.

Sayid fait le tour du feu de camp, passe devant Sawyer, pensif, puis s'assoit à côté de Shannon.

Charlie : (Hors cadre.) Et alors ? Ils nous retrouveront ! (Il regarde vers le groupe puis s'adresse à Sayid.)Ils ont des satellites assez puissants pour prendre en photo votre plaque d'immatriculation.

Sayid : (Regardant vers Charlie.) Dommage qu’on n’ait pas tous une plaque d'immatriculation.

Charlie : (Continuant de tourner la tête.) Et bien, bonjour l'optimiste.

Sayid : (Regardant encore Charlie.) Pour prendre une photo, il faut d'abord viser. Les satellites prennent des photos mais quelqu'un leur (accentuant le ton) dit (reparlant normalement) où viser.

Charlie : (Comprenant mieux, il hoche la tête.) Ah ouais. (Après une pause.) Et merde.

Sayid baisse la tête et met sa main sur son front lorsque Sawyer intervient, ce qui lui fait relever la tête.

Sawyer : (Hors cadre.) Super la démonstration, professeur, j'ai adoré. (Sayid se met à bouger, l'air dépité.) Donc, on est sûr qu'on est au milieu de nulle part. (Il fait une pause.) Et si maintenant, on parlait de l'autre truc. (Charlie lève les yeux, prenant peur.) Si on parlait de la transmission qu'Abdul (Sawyer regarde vers Sayid qui ne lui prête pas attention à ce qu'il vient de dire) a intercepté. La nana de la radio qui disait : "Ils sont tous morts." (Shannon scrute devant elle, le regard fuyant.) Le message passe en boucle depuis combien de temps déjà ? (Il agite en même temps un bout de bois.)

Kate : (Attendant un peu.) Ca fait seize ans.

Sawyer : Seize ans. Si on parlait de ça ?

Après ce que vient de dire Sawyer, les autres restent à leur place, pensifs. C'est Boone qui rompt le silence.

Boone : Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir le dire aux autres.

Shannon : (S'énervant.) Ah oui et tu vas leur dire quoi ?

Charlie : (Parlant en même temps.) Tu as raison...

Boone : Ce qu'on a entendu.

Shannon : (Lui répondant sèchement.) Tu n'as rien entendu. Et puis, je ne suis pas traductrice.

Sayid : (Interrompant la discussion.) On ne dira rien à personne. (Boone est surpris par ce que dit Sayid. Celui-ci lui répond en le regardant.) Il n'y a rien dont on ne soit sûr. Si jamais on leur répète, on provoquera une panique. (Charlie est pensif alors qu'il l'écoute.) Leur révéler ce que l'on nous avons entendu, c'est leur ôter tout espoir. (Scrutant son auditoire.) Et perdre l'espoir, cela peut être extrêmement dangereux.

Kate : (Sûre d'elle, les yeux rivés vers le feu.) On va mentir. (Sawyer lève les yeux vers elle, Charlie ne sachant pas quoi faire, Kate continue de fixer devant elle, pensive.)

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Nuit

Jack et Hurley construisent une tente de fortune.

Hugo : C'était quoi ? Un dinosaure ?

Jack : (Remettant une bâche.) Ce n'était pas un dinosaure.

Hugo : Tu as dit que tu ne l'avais pas vu.

Jack : Non, je ne l'ai pas vu. (Pendant qu'Hurley fait le tour, Jack rentre à l'intérieur puis se rejoignent.)

Hugo : Alors, comment tu sais que ce n'en était pas un ?

Jack : (Se mettant à descendre une autre partie de la bâche.) Parce que les dinosaures ont disparu.

Hugo : (Regardant vers Jack puis au sol.) Hein. (À voix basse.) Ah ouais. (Alors que Jack finit de bâcher, il scrute le Marshall encore allongé.) Alors, comment il va ? (L'homme respire difficilement avec Hurley, mal à l'aise.) On dirait qu'il va claquer.

Jack : (Agenouillé devant le blessé, prenant son pouls.) Il ne va pas claquer.

Hugo : Il est jaune, en plus.

Jack : La blessure s'est infectée mais avec des antibiotiques, on devrait en venir à bout.

Hugo : Et si non ?

Jack : (Agacé, il tente de lui expliquer ce qui va se passer.) Ses organes vont cessés de fonctionner, les uns après les autres. (Faisant une pression sur le ventre, ce qui fait pousser un petit cri de douleur au Marshall.) Si son abdomen devient rigide, alors... (Il se relève, regardant en même temps Hurley.)

Hugo : (Il le regarde s'en aller puis à nouveau vers l'homme.) Il a l'air d'en baver.

Jack : (Prenant des branchages.) Ouais. (L'homme continue de gémir.)

Hugo : (Il semble intrigué par la feuille posée à côté de lui, il la prend.) C'est quoi, ça ? (Il la déplie et la retourne vers Jack.) Hey ! Jack ! (Jack se retourne et se relève rapidement.) C'est quoi ? (Jack prend, des mains d'Hurley, le papier puis retourne à sa place.) Qu'est-ce que tu crois qu'elle a fait ?

Jack : (Se tournant vers Hurley.) Ca ne me regarde pas.

Hugo : Elle n'a pas l'air de rigoler, hein.

Jack : (Agacé.) Hurley !

Jack reprend ses activités alors qu'Hurley semble paniqué, se demandant qui elle est vraiment.

 

EXTÉRIEUR - Dans la vallée - Nuit

Alors que le groupe s'est endormi, quelqu'un marche doucement, une arme dans la main gauche. Il s'approche de Sayid, tend sa main vers le sac à dos afin de prendre un chargeur mais ce dernier s'en aperçoit.

Sayid : (Se réveillant en sursaut.) Qu'est-ce que tu fais ? (Ses cris font réveiller tout le monde alors que c'est tout simplement Boone qui l'a pris.)

Boone : (Surpris, il ne sait pas quoi dire.) Je monte la garde. (Levant le doigt en l'air.) Ils l'ont dit, c'est dangereux ici.

Sawyer : (En colère.) Quoi ? Tu m'as tiré mon flingue ?

Shannon : (Répliquant.) Arrête, tu n'as jamais tenu une arme de ta vie. (Scrutant les autres.) Il est pour l'interdiction des armes. Il va aux Manilles.

Boone : (Il semble dépité par ce que lui dit sa sœur.) Non, je ne vais pas aux Manilles.

Sayid : Donne-moi cette arme.

Sawyer : Ouais, file à Al Jazeera, il va nous protéger.

Charlie : (Le corrigeant.) Al Jazeera, c'est une chaîne de télé.

Boone : Laissez tomber, je la garde.

Shannon : (Elle se tourne vers Kate.) On a qu'à lui donner, à elle !

Tout le monde se met regarder Kate puis, se tournant vers Boone, plus personne ne parle. C'est alors que Charlie intervient.

Charlie : (Regardant Boone droit dans les yeux.) Ouais, on devrait la confier à Kate.

Sayid : (Il acquiesce.) Moi, ça me va. (Boone baisse la t^ete, ne sachant que faire alors que Kate ne dis rien.) Tu le fais ?

Après un petit moment d'hésitation, Boone s'approche de Kate et lui tend l'arme, se mettant à la ranger.

 

FLASH-BACK

 

2004

 

INTÉRIEUR - Dans une étable - Journée

Kate est endormie sur son sac, allongée sur la paille, alors qu'un homme pointe le canon de son fusil vers elle, se qui la fait se réveiller.

Mullen : Bonjour.

Kate : (Relevant la tête.) Bonjour.

Mullen : Vous dormez dans mon étable.

Kate : Désolée.

Mullen : (Baissant son arme, Kate se relève.) Comment vous êtes arrivé ici ?

Kate : (Prenant son sac.) A pied.

Mullen : (Dubitatif.) A pied ?

Kate : Ouais.

Mullen: Et vous venez d'où ?

Kate : (Mettant les bretelles sur ses épaules.) De la ville.

Mullen : La ville la plus proche est à quinze kilomètres.

Kate : C'est peut-être pour ça que je suis épuisée.

Mullen : Comment vous vous appelez ?

Kate : (Réfléchissant.) Annie.

Mullen : (Souriant.) Vous avez faim, Annie ?

 

INTÉRIEUR - Dans la maison du fermier - Journée

Alors que Kate est en train de manger rapidement, le fermier prend une bouilloire.

Mullen : (Il s'approche de Kate.) Alors, vous voulez bien me dire ce que vous faisiez sur ma propriété ?

Kate : (Prenant sa fourchette, elle attend avant de continue pour lui répondre.) Je n'ai plus un rond. (Elle déplace sa tasse vers lui et il se met à la servir.)

Mullen : Vous êtes américaine ?

Kate : (Continuant de manger.) Canadienne. (Elle déplace sa tasse alors qu'il remet la bouilloire sur la gazinière.) Je viens de finir mes études et j'ai eu envie de voir le monde. L'Australie figurait en premier sur ma liste, alors j'ai pris un avion pour Melbourne. Mais comme je n’avais pas de point de chute, je me suis mise à marcher.

Mullen : (Surpris par ce qu'elle lui dit.) Melbourne est à plus de 100 kilomètres.

Kate : (Elle le regarde en souriant.) J'adore marcher.

Mullen : Et c'est par hasard que vous avez atterri dans ma ferme ?

Kate : (Mangeant du pain.) J'adore les fermes.

Mullen : (Il la scrute puis après un petit temps, il s'assoit avec une tasse à la main.) Vous avez déjà travaillé dans les fermes ? (Il se met à boire.)

Kate : Oui.

Mullen : (Déposant sa tasse.) Cela fera huit mois mercredi que ma femme est morte. (Kate relève la tête, mâchant tout en l'écoutant attentivement.) Elle m'a laissé avec trop de travail et un sale poids sur les bretelles. Si vous acceptez de m'aider, vous serez logée, nourrie et bien payée.

Kate : (Elle réfléchit puis tend sa main.) Ca marche.

Mullen : Non. (Il prend son bras droit et tape sur sa main droite se trouvant être invalide.) Je suis gaucher. (Il se met à rire, lui tend sa main gauche et se serrèrent les mains. (Kate sourit.)

 

RETOUR SUR L'ÎLE

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Hugo : (En courant.) Jack ! Jack ! (Entrant dans la tente.) Hey, mon pote, ils sont revenus. (Jack regarde vers Hurley puis le Marshall.)

Sayid : (Le reste des survivants se trouve devant lui, il se met à crier afin qu'ils entendent.) Comme vous le savez, nous sommes allés en haut de la montagne pour aider l'équipe de sauvetage à nous localiser. Malheureusement, la radio émetteur n'a pas réussi à capter un signal. Nous n'avons pas pu envoyer un appel de détresse. (Les personnes présentes commencent à discuter entre eux.) Mais nous ne renonçons pas. (Il agite ses mains.) En rassemblant du matériel électronique comme vos téléphones portables, vos ordinateurs, je pourrais doper l'émetteur et réessayer. (Il continue de parler sous le regard de Boone, l'homme qui a joué avec Walt et Kate.) Ca peut prendre du temps. Alors, à partir de maintenant, il va falloir rationner la nourriture. Il faut également mettre en place des bâches pour récolter l'eau de pluie. (Jack et Hurley arrivent, Kate s'en aperçoit.) Nous devons constituer trois groupes. Avec un chef pour chaque groupe. Un groupe pour l'eau, c'est moi qui m'en charge. (Kate quitte le groupe pour rejoindre Jack.) Qui s'occupe de l'électronique ? Vous ? Pour la nourriture ? Très bien. (Hugo rejoint le groupe puis se retourne vers Kate et Jack.) Qui est volontaire pour s'occuper de l'eau avec moi ?

Kate : (Elle se met devant Jack.) Salut !

Jack : Ҫa va ?

Kate : (Elle parle pendant que Sayid continue de constituer les groupes.) Il y a... il y a quelque chose dont je voudrais te parler.

Jack : (Il acquiesce.) D'accord. Je t’écoute.

Alors que Jack et Kate s'isolent, Hurley se retourne vers le groupe puis Shannon met sa main devant ses yeux pour se protéger du soleil, puis remet ses cheveux en arrière.

 

EXTÉRIEUR - Sur une autre partie de la plage - Journée

Kate : Si on n’a pas pu envoyer de signal, c'est parce que... il y en avait un autre qui bloquait la fréquence. (Jack et Kate continuent de se regarder puis s'arrêtent de marcher.) Et ce signal-là, on l'a entendu. C'était un message de détresse envoyé par une femme. Elle disait que tous les autres étaient morts. Que quelque chose les avait tués. (Jack, surpris, jette un regard autour de lui.) Qu'elle était seule sur l'île. (Elle attend qu'il assimile ce qu'elle vient de dire.) Ce message, cela fait seize ans qu'il est diffusé.(En entendant ce qu'elle lui dit, il ne sait pas trop comment réagir. Elle observe sa réaction puis hoche la tête.) Je voulais que toi, tu le saches.

Jack : (Attendant un peu.) Bien. Autre chose ?

Kate : (Elle ne sait pas ce qu'elle doit dire mais regarde vers la tente où se trouve le Marshall, puis vers Jack.) Il va s'en sortir ? Le type avec le bout de métal ?

Jack : (Il fait oui de la tâte.) Il a une chance sur deux.

Kate : (Elle acquiesce.) Il est revenu à lui depuis ?

Jack : (Hochant la tête.) Seulement quelques secondes au cours de l'intervention.

Kate : Il a dit quelque chose ?

Jack : (Lui mentant.) Non. (Il continue de la scruter du regard, patientant.)

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Alors que les survivants continuent de fouiller et de trier les affaires, Hurley et Jack transportent deux sièges.

Hugo : Alors, qu'est-ce qu'elle a dit ?

Jack : Elle ne m'a rien dit.

Hugo : Mais tu lui as dit que tu savais ? (Jack le regarde.) Hein ? Tu lui as dit ?

Jack : (Essoufflé.) Je n'en sais rien du tout.

Hugo : (Interloqué.) Attends, quand même, tu sais que les flics lui ont tiré le portrait. Et aussi qu'on a trouvé des menottes. Et qu'il y a ce type qui n'arrête pas de marmonner "Elle est dangereuse, elle est dangereuse." (Ils posent leur charge sur le sable.)

Jack : (Commençant à partir, il lui parle, exaspéré.) Ca ne me regarde pas ! Ce n'est pas mon problème.

Hugo : (Il reste à sa place tout en réfléchissant, puis commence à courir pour rejoindre Jack.) Ouais, tu as raison ! On laissera "Joe la fièvre" s'en occuper dès qu'il ira mieux. (Il se met à côté de Jack et ils continuent de marcher.)

Jack : Cela ne risque pas d'arriver si on ne lui trouve pas des antibiotiques plus costauds.

Hugo : (Jetant un œil vers Jack.) Et ceux que j'ai trouvé dans la...

Jack : (L'interrompant.) C'est pour les infections de l'oreille et les mycoses.

Hugo : (Remettant ses cheveux derrière l'oreille gauche.) On a déjà regardé partout

Jack : (Pointant son index devant lui, il regarde devant lui.) Les bagages en cabine, on ne les a pas faits ? (Il se tourne vers Hurley, s'arrêtant, tous les deux de marcher.)

Hugo : (Regardant vers les débris et revenant vers Jack.) C'est à l'intérieur de l'avion ?

Jack : (Hochant la tête.) Oui.

Hugo : (Il hésite à dire quelque chose.) Dans l'avion, il y a les cadavres... Et les cadavres... sont morts.

Jack : Je vais y aller. Toi, reste à côté du blessé.

Hugo : Ouais, ouais, super idée ! (Il s'en va.)

 

INTÉRIEUR - Dans les débris de l'avion - Nuit

Jack cherche, grâce à une lampe, les médicaments dont il a besoin lorsqu'il entend des bruits. Il s'arrête, pointe la lumière vers l'extérieur et voit quelqu'un qui allume une lampe de poche sous son menton. Il s'agit de Sawyer.

Sawyer : Bou !

Jack : (Soupirant de soulagement.) Mais qu'est-ce que vous faites là ?

Sawyer : Pour marcher, comme vous !

Jack : C'est du pillage ?

Sawyer : Ah ! C'est une question de point de vue.

Jack : Il y a quoi dans votre sac ?

Sawyer : Bibines, clope, quelques magazines de fesse. Et dans le votre, il y a quoi ?

Jack : Des médicaments.

Sawyer : Eh bien ! Evidemment que ça se passe de commentaires !

Jack : (Se tournant vers Sawyer.) C’est une habitude chez vous, de voler les morts ?

Sawyer : Eh ! Il serait peut-être temps de se réveiller, toubib ! Les secours ne viendront pas. (Il descend et va vers Jack.) Et vous perdez votre temps. Ce type que vous essayez de sauver, la dernière fois que je l’ai vu, il avait un bout de métal gros comme ma tête qui lui sortait du bide. Je voudrais savoir, combien de cachetons vous comptez utiliser pour le sauver ?

Jack : (Regardant vers Sawyer.) Autant qu’il faudra.

Sawyer : Ah ouais. Et combien il en reste ? Je crois que vous ne réalisez pas bien. Vous êtes encore dans le monde civilisé.

Jack : Ah ouais ? Et vous, vous êtes où ?

Sawyer : Au milieu de la jungle. (Il se met à ricaner et s'en va.)

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Charlie s'assoit dans un fauteuil roulant et regarde Claire passer, transportant un sac de voyage. La voyant enceinte, il se lève afin de lui donner un coup de main.

Charlie : Oh ! Oh, attend, je vais la prendre, je m'en occupe.

Claire : Ah, merci ! (Elle donne le sac à Charlie.)

Charlie : Ah, c'est bon, c'est bon. (Il le prend dans ses bras et le pose dans le fauteuil.) Allez ! Voyons ça du bon côté, le propriétaire de ce fauteuil est mieux là où il est qu'avec nous. (Ils commencent à marcher en tirant le fauteuil.)

 

****

 

Sun : (Portant un sac et parlant en coréen.) Je crois que j'ai trouvé ton sac.

Jin : (En coréen.) Vraiment ? Voyons voir. (Il regarde dessus, sceptique.) Ce n'est pas ça.

Sun : (En coréen) Je continue à chercher. (Elle commence à partir.)

Jin : (En coréen.) Viens là. (Elle se retourne.) Tu t'es vue ? Tes habits. Tu es sale. (Touchant son visage.)Va te laver. (Elle s'en va lorsqu'il l'interpelle de nouveau.) Sun. Je t'aime.

 

****

 

Charlie : Le bébé ?

Claire : Il va bien,  je crois.

Charlie : Tant mieux. (Ils s'arrêtent de marcher.) Et, ton, ton, ton mari, est-ce qu'il était à bord de l'avion ?

Claire : Oh non, je ne suis pas mariée. (Charlie pose le bagage au sol avec quelques difficultés.) Je sais, je suis hyper moderne comme fille.

Charlie : Après tout, (il renifle) pourquoi s'embarrasser des mecs. Franchement, ils sont bons à rien.(Claire se met à rire, ce qui fait également sourire Charlie.)

Claire : Alors, comme ça, vous avez escaladé toute cette montagne pour rien. Vous n'avez pu captez aucun signal de là-haut.

 

****

 

Hurley sort d'une tente, des bouteilles dans les mains, lorsqu'il se trouve nez-à-nez avec Kate, ce qu'il le surprend.

Kate : Oh, pardon.

Hugo : Euh, j'allais chercher de l'eau.

Kate : On ne se connaît pas. Je m'appelle Kate.

Hugo : (Se libérant sa main droite, il serre celle de Kate.) Enchanté, Kate.

Kate : (Souriante.) Salut !

Hugo : (Après un instant d'hésitation.) Hurley.

Kate : En fait, c'était Jack que je cherchais. Je pensais le trouver là.

Hugo : Ouais, non, heu, il est parti chercher des médicaments. (Pointant l'index vers sa gauche.) Là-bas.

Lorsque Kate se retourne afin de se rendre compte de la direction,  Hurley s'aperçoit qu'elle a une arme accrochée à la ceinture.

Kate : Où ça, dans l'avion ?

Hugo : (Méfiant.) Hein ? Oui, oui. Il... Il... (De plus en plus hésitant.) Il... il faut vraiment que j'aille chercher de l'eau. (Il file en courant, sous les yeux médusés de Kate.)

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Alors qu'il commence à pleuvoir et que l'orage gronde, tout un groupe, dont Sayid, installe une bâche afin de récolter la pluie.

Sayid : Il faut creuser la bâche vers le bas.

Les quelques survivants tentent de se mettre à l'abri alors que le Marshall est toujours allongé sous la tente. Kate s'approche de lui.

 

FLASH-BACK

 

2004

 

INTÉRIEUR - Maison du fermier - Nuit

Kate se trouve dans la cuisine, allume la lumière et ouvre une trappe se trouvant dans un garde-manger. En prenant une boîte, elle prend de l'argent lorsque l'homme allume la lumière de la pièce.

Mullen : La banque vous aurait déroulé le tapis rouge si vous aviez mis tout ça sur un compte.

Kate : (Rangeant les billets.) Le tapis rouge, ce n'est pas mon truc.

Mullen: Vous cachez votre paye dans une boîte en fer, et il fallait me demander, je vous l'aurais gardé.

Kate : Je ne sais pas faire confiance. (Elle éteint la lumière et ferme la porte du meuble.)

Mullen Vous seriez partie sans me dire au revoir ?

Kate : (Prenant son sac.) Je vous ai laissé un mot.

Le fermier s'avance alors qu'elle met son sac sur ses épaules.

Mullen Vous avez passé près de trois mois ici, et à chaque fois que j'ai voulu que vous parliez de vous, vous avez eu ce drôle de regard. (Elle le scrute du regard.) Ouais, celui-là. Alors, je n'ai plus posé de questions, je me suis dit que vous sortiez peut-être d'une histoire qui s'était mal fini, que vous étiez enfuie. J'ai toujours su que vous repartiriez un jour ou l'autre, mais j'espérais que ça ne serait pas au milieu de la nuit.

Kate : Je regrette.

Mullen : (Hochant la tête.) Ouais, ouais. Moi aussi. (Kate commence à partir.) Annie, pourquoi vous ne restez pas cette nuit encore hein, et demain je vous conduis à la gare dès la première heure, c'est promis.

Kate : (Elle sourit.) D'accord.

Mullen : Bien. (Elle pose son sac.) Je comprends, vous savez. On a tous droit à un nouveau départ.

 

Retour sur la plage.

 

Alors que Kate continue de le regarder, le Marshall ouvre les yeux et l'attrape par le cou pour l'étrangler. C'est à ce moment-là que Jack entre dans la tente.

Jack : (Il vient lui porter secours.) Nom de Dieu ! Lâchez-là. (Arrivant à les séparer, l'homme commence à avoir des convulsions et Kate tousse.) Respirez ! Respirez ! Regardez-moi ! Regardez-moi ! Allez ! (Il pose sa main sur le front du Marshall, il se tourne vers Kate.) Qu'est-ce que tu lui as fait ?

Kate : (Sous le choc.) Je voulais juste vérifier qu'il respirait. Et c'est là qu’il m’a sautée dessus, qu’il a voulu m’étrangler. Est-ce qu’il va mieux ?

Jack : Les antibiotiques ne font pas d’effet. Il a une hémorragie interne et sa température est montée à 40. Et son abdomen est rigide. Il faut qu’il boive.

 

EXTÉRIEUR – Sur la plageJournée

Kate : Alors,  qu’est-ce que tu comptes faire ?

Jack : À propos de quoi ?

Kate : À propos de lui.

Jack : Je te l’ai dit, il faut qu’il boive.

Kate : Il va souffrir.

Jack : Quoi ?

Kate : Est-ce que sa mort sera rapide ?

Jack : Non, ce ne sera pas rapide, ça prendra deux, trois peut-être quatre jours.

Kate : Et il souffrira ?

Jack : Oui, il souffrira.

Kate : Et tu n’as pas moyen d’abréger son supplice ?

Jack : J’ai vu ta photo avec ton matricule. Désolé, mais moi, je ne suis pas un meurtrier.

 

FLASH-BACK

 

2004

 

Sur les routes d’Australie, dans un pick-up avec Mullen conduisant, avec Kate à ses côtés.

Mullen : Est-ce qu’on écoute Patsy Cline au Canada ?

Kate : Tout le monde écoute Patsy Cline.

Mullen : Vous avez faim ?

Kate : Je mangerais dans le train.

Mullen : Vous êtes sûre ? Je connais un petit snack qui fait les hamburgers à tomber.

Kate : Vous regardez quoi, Ray ?

Mullen : Quoi ?

Kate : Vous le savez depuis quand ?

Mullen : Seulement deux jours. J’ai vu votre photo au bureau de poste. Ils ont dû apprendre que vous étiez dans le coin.

Kate : Mais pourquoi ?

Mullen : Ils offrent 23 000 dollars de récompense. Je vous l’ai dit quand on s’est connu, j’ai un sale prêt sur les bretelles. Si ça peut vous consoler, ça n’a pas été une décision facile, Annie.

Kate : Je ne m’appelle pas Annie.

La voiture du Marshall se porte à la hauteur de celle de Ray, baisse la vitre et pointe son index vers Kate en signe de menace.

 

Retour sur la plage avec le regard perdu de Kate puis elle se retourne.

 

EXTÉRIEUR – Sur la plageJournée

La pluie continue de tomber et Walt s’amuse avec une planche et des pierres qu’il fait glisser. Son père se trouve à côté de lui, fermant l’abri de fortune.

Michael : C’est qui ce type avec qui tu parlais ?

Walt : Quel type ?

Michael : Et bien, le chauve, là.

Walt : Ah, monsieur Locke.

Michael : Monsieur Locke ? (Il se remet sous l’abri, à côté de son fils.) Ce monsieur Locke, il a des enfants ?

Walt : Il ne m’a pas dit.

Michael : Et qu’est-ce qu’il t’a dit, alors ?

Walt : (Haussant les épaules.) Je ne sais pas.

Michael : Comment ça, tu ne sais pas ? Qu’est-ce qu’il t’a dit ?

Walt : Ce qu’il m’a dit, c’est un secret.

Michael : Il t’a interdit de m’en parler ?

Walt : (Hochant la tête.) Non.

Michael : (Insistant.) Alors, c’est quoi ce secret ?

Walt : (Après un instant d’hésitation.) Monsieur Locke a dit qu’il lui ait arrivé un miracle.

Michael : Oui, eh bien, il nous ait tous arrivé un miracle. On a survécu à un crash. Bon, je veux que tu arrêtes de traîner avec lui.

Walt : Pourquoi ? C’est mon ami.

Michael : (Se rapprochant de Walt.) Eh, moi aussi je suis ton ami.

Walt : Si tu étais mon ami, tu aurais retrouvé Vince.

Michael : Walt… Tu sais… Je n’ai pas dit que j’avais renoncé. Je ferais tout ce que je peux pour retrouver Vince…

Walt : (Lui coupant la parole.) Non, ce n’est pas vrai.

Michael : Mais si, je t’assure.

Walt : Tu n’en as rien à faire de Vince.

Michael : Et moi, je te dis que j’irais le chercher dès qu’il s’arrêtera de pleuvoir. (Walt secoue la tête de dépit.) Ecoute-moi, je te dis que ton chien, je vais te le ramener.

En effet, la pluie s’est arrêtée de tomber.

 

EXTÉRIEUR – Dans la jungleJournée

Michael : (À lui-même.) Ce n’est pas vrai. « Dès qu’il s’arrêtera de pleuvoir ». Super idée, Michael. Je vais te le retrouver, ton chien. Ce que j’ai à faire, c’est de marcher dans cette foutue jungle hantée, à la recherche de…

Des bruits étranges se font entendre, ce qui inquiète Michael.

Michael : C’est toi, Vince ? Eh ! Vince, c’est toi mon vieux ?

Un cri d’ours se fait entendre. Se croyant poursuivi, le père de Walt se met à courir jusqu’à se retrouver devant l’épouse coréenne qui est en train de se laver.

Michael : Ah ! Oh ! Il y avait quelque chose qui me poursuivait, alors je… (Il se tourne puis revient vers elle.) Je ne l’entends plus, mais vous feriez peut-être mieux de… de rejoindre les autres. (Il baisse la tête.)Oui. (Prenant un haut et le lui donne, gêné.) Je n’ai rien vu, rien du tout. (Elle protège sa poitrine et prend le vêtement pendant qu’il s’en va.) Si… si c’est ce qui vous inquiète, j’ai, je n’ai rien vu.

 

EXTÉRIEUR – Sur la plageSoirée

Alors que le Marshall souffre toujours autant, Charlie, rejoignant Locke, est intrigué des hurlements du malheureux. Il s’assoit à côté de lui.

Charlie : Vous fabriquez quoi ?

John : (Faisant un trou dans un petit bout de bambou.) Un sifflet.

Charlie : Ah ! Une fois, je me suis servi de flûte tribale, quand on était en studio. Je suis dans un groupe.

Les autres survivants entendent toujours les cris  du Marshall, dont Shannon qui rejoint son frère.

Shannon : Ah. Je n’en peux plus. Je voudrais qu’il soit déjà mort.

Boone : Tu as le sens de la compassion.

Pendant ce temps, Sayid va voir Jack. Celui-ci, prenant de l’eau dans une réserve d’eau de pluie.

Sayid : Je peux faire quelque chose pour vous aider.

Jack : Non, c’est bon merci.

Sayid : Ils sont tous sur les nerfs. Ils veulent savoir ce qui se passe sous la tente.

Jack : J’essaie de lui sauver la vie.

Sayid : Beaucoup disent que vous n’y pourriez rien.

Ils s’arrêtent de marcher puis Jack s’en va laissant Sayid sur place.

 

EXTÉRIEUR – Sur la plageNuit

Kate prépare un feu de bois et essaie de l’allumer avec une boîte d’allumettes. Pendant ce temps, Sawyer ouvre son briquet puis l’allume.

Sawyer : Vous voulez du feu ? (Il s’avance et lui lance vers Kate, qui l'utilise. Il l’a rejointe.) Je suis venu vous remercier. (Il est étonné qu’elle ne lui réponde pas.) Vous ne me demandez pas pourquoi ?

Kate : Pourquoi ?

Sawyer : Pour m’avoir pris le flingue.

Kate : Ce n’est pas moi qui vous l’ai pris.

Sawyer : N’empêche qu’il est à votre ceinture, pas à la mienne. (Entendant les cris du Marshall.) Je suis bien content de ne pas l’avoir sur moi, à cette heure. Parce que tout ceux qui sont en train d’écouter ce pauvre homme hurler de douleur, savent ce qu’il reste à faire.  Le seul qui puisse le faire, c’est celui qui a le flingue. (Kate se tourne vers Sawyer, mettant une cigarette à la bouche.) Allez, ne faites pas l’étonnée, je vous ai entendu dire la même chose à Super Toubib. Il ne reste plus qu’une balle avec ça. (Enlevant la cigarette.) Si on n’est pas en pleine tragédie.

 

INTÉRIEUR – Sous la tenteNuit

Pendant que le Marshall tousse toujours, Jack lui verse un peu d’eau dans sa bouche, grâce à un tissu imbibé d’eau.

Mars : Écoutez-moi.

Jack : Non, vous devez rester calme.

Mars : Écoutez-moi. Peu importe ce qu’elle fait ou ce que vous pouvez ressentir pour elle. Ne la croyez pas, ne croyez pas un mot de ce qu’elle dit. Elle ne reculera devant rien pour s’échapper.

Jack : (Abattu.) Mais de quoi elle est coupable ?

Mars : Je veux la voir.

Jack : Dites-moi ce qu’elle a fait.

Mars : (Insistant.) Je veux la voir, la voir seul. Elle vous a eu, vous aussi ?

Kate, à l’extérieur, va vers la tente lorsqu’elle se souvient de ce qui s'est passé.

 

FLASH-BACK

 

2004

 

EXTÉRIEUR - Sur une route en Australie - Journée

Le véhicule du Marshall est obligé de se rabattre sur la voie de droite suite au klaxonnement d'un autre véhicule. Il commence à se mettre à côté du pick-up du fermier, lorsque Kate décide de prendre le volant des mains de ce dernier pour éviter de ce faire arrêter. L'homme perd le contrôle du véhicule et fait des tonneaux. Il est inconscient, le pick-up en feu et Kate le sort afin de le mettre en sécurité. C'est à ce moment-là que le fermier reprend conscience. En le tirant par les bras, elle enlève la prothèse par accident, continuant tout de même à le traîner près de la route. Un camion passe, l'homme tousse et Kate reprend son souffle lorsque le Marshall braque son arme contre elle.

Mars : Salut Kate.

Cette dernière souffle de dépit.

 

Retour sur la plage.

 

Kate se trouve à l'intérieur de la tente, le Marshall allongé à côté d'elle.

Mars : Qu'est-ce que c'était ?

Kate : Quoi ?

Mars : La faveur.

Kate : Je... Je ne sais pas de quoi vous parlez.

Mars : Juste avant qu'on s'écrase. Rappelle-toi, tu voulais me demander une faveur.

 

FLASH-BACK

 

21 septembre 2004

 

INTÉRIEUR - Dans l'avion - Journée

Des turbulences se font sentir. L'hôtesse de l'air fait une annonce.

Cindy : (Hors-cadre.) Votre attention, s'il vous plaît, nous traversons actuellement une zone de turbulences. Nous vous demandons de regagner vos sièges et d'attacher votre ceinture.

Kate : J'ai une faveur à vous demander.

Mars : Sans blague. Ҫa, c'est la meilleure. Tu...

Les secousses sont plus violentes et un passager est éjecté du sol au plafond puis retombe. Le Marshall se prend une petite valise sur la tête puis commence à saigner. Un masque à oxygène descend vers Kate pendant que l'arrière de l'avion se détache du reste de l'appareil, entraînant les passagers et tout ce qu'il s'y trouve. Les alarmes d'urgences continuent de retentir.

 

Retour au présent.

 

Après un temps d'attente, le Marshall reprend la discussion.

Mars : Alors ?

Kate : Je voulais que vous veilliez à ce que Ray Mullen ait ses 23 000 dollars.

L'homme se met à sourire avec difficulté lorsqu'il se met à tousser. Kate, voyant son état, s'approche de lui.

Mars : Quoi ? Le type qui t'a vendue ?

Kate : Il était couvert de dettes.

Mars : (En toussant.) Toi, tu es unique dans ton genre. (Continuant de tousser.) Tu aurais... tu aurais pu t'échapper. Pourquoi tu es restée pour lui venir en aide ?

Kate : Je suis libre, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué.

Mars : C'est ça que tu appelles être libre ? Kate, je vais mourir, pas vrai ?

Kate : (Hochant la tête.) Ouais.

Mars : Alors, qu'est-ce que tu attends ? Vas-y.

 

EXTERIEUR - Sur la plage - Nuit

Jack regarde vers l'océan lorsqu'Hurley s'approche de lui.

Hugo : Yo ! (Jack sourit.) Alors, où est la fugitive ?

Jack : (Regardant en arrière.) Sous la tente.

Hugo : Et tu l'as laissée seule ? (Il se retourne.)

Jack : Qu'est-ce qu'elle pourrait lui faire ? Avec ses 50 kilos toute mouillée.

Hugo : Et bien, elle a quand même un flingue !

Jack : (Il panique.) Quoi ?

Hugo : Elle est armée, je l'ai vu. Il dépassait de son... de son...

Jack se met à courir puis s'arrête. Il s'essouffle et aperçoit Kate quittant la tente.

Jack : (Criant.) Kate !

Elle se retourne et c'est alors qu'un coup de feu retentit. Jack est surpris, Kate à l'air apathique et Sawyer sort de la tente, le visage fermé, l'arme à la main. Il relève la tête et regarde vers Jack qui se trouve en colère.

Jack : Qu'est-ce que vous avez fait ?

Sawyer : Ce que vous ne pouviez pas faire. (Jack s'avance à grands pas vers lui.) Ecoutez, je sais que c'est votre boulot de sauver les gens, mais c'est ce qu'il voulait, et c'est lui qui me l'a demandé. (Jack le regarde méchamment, puis s'en va pendant que Sawyer le voit partir.) Ne vous trompez pas, ça ne me plaît pas plus qu'à vous. (Jack s'arrête et se retourne vers Sawyer.) Mais on ne pouvait pas le laisser comme ça.

Au loin et malgré le coup de feu porté contre lui, le Marshall tousse toujours autant, même si cela est plus une réaction dû au choc. Jack tourne la tête vers la tente puis vers Sawyer.

Hugo : Oh non ! On fait quoi, là ?

Jack, suivi de Sawyer, se rend sous la tente et rejoint le blessé. Il prend une compresse afin d'essayer de stopper l'hémorragie. Mars continue de souffrir, du sang sortant de sa bouche.

Jack : Vous lui avez tiré dans la poitrine ?

Sawyer : (Choqué.) J'ai... J'ai visé son cœur.

Jack : Vous l'avez raté.

Hugo : Alors, il... il n'est pas mort ?

Jack : Vous lui avez perforé le poumon. Il va mettre des heures à mourir ! (L'homme continue de gémir de douleur.)

Sawyer : C'était la dernière balle.

Jack : Dehors. (En criant.) Sortez !

Hugo : (S'en allant, dépité.) Oh, mon Dieu.

Sawyer quitte la tente, prend son paquet de cigarettes et veut en allumer une. Le briquet ne fonctionnant pas, de colère, il les jette au sol. Pendant ce temps, le Marshall, après quelques spasmes, émet son dernier soupir. Un instant plus tard, Jack sort de la tente, exténué et en sueur, passe devant Sawyer sans lui jeter le moindre regard.

 

EXTÉRIEUR - Sur une autre partie de la plage - Matinée

Locke est assis sur la plage et utilise le sifflet, avec des pauses, à trois reprises. Il patiente encore et se met à regarder vers la forêt, entendant du bruit. Il réessaye et c'est alors que Vince, le chien de Walt, court dans sa direction puis s'allonge au sol.

 

EXTÉRIEUR - Sur le lieu du crash - Journée

John s'approche de Walt et de son père qui sont endormis. Il réveille ce dernier, sursautant.

Locke : (En parlant tout bas, mettant son doigt devant sa bouche.) Chut ! J'ai retrouvé le chien de votre fils.

Michael : (Étonné.) Quoi ?

Locke : Vince. (En pointant son index vers l'endroit où il se trouve.) Je l'ai attaché à un arbre, là-bas.(Michael se tourne dans la même direction.) Je sais que Walt, il vient de perdre sa mère. Alors, je me suis dit que ce serait mieux si c'était vous qui lui rameniez son chien. Là-bas. (Il s'en va.)

Michael : (Se tournant vers John.) Merci.

Locke : (Il regarde vers Michael.) Il n'y a pas de quoi.

 

EXTÉRIEUR - Sur la plage - Journée

Jack est assis sur le sable, pensif tout en regardant la mer. Kate arrive et s'assoit à côté de lui.

Kate : (Après un temps d'attente.) Je veux que tu saches ce que j'ai fait. Pourquoi il me poursuivait.

Jack : (Hochant la tête en signe de refus.) Je ne veux pas savoir. Ҫa n'a pas d'importance qui nous étions. Tout ce qu'on a pu faire avant l'accident, ça ne compte pas. (Kate l'écoute attentivement.) On est tous morts, il y a trois jours. On devrait avoir droit à un nouveau départ.

Kate : (Elle le regarde puis attend un peu avant de lui répondre.) D'accord.

Jack : Ҫa te va ?

Kate hoche la tête et accepte. Tous les deux patientent en silence, sans prononcer de mots.

 

EXTÉRIEUR - Sur le lieu du crash - Journée

Hugo, assis près des débris, écoute de la musique. Il prend une chaussure et retire tout le sable qui s'y trouvait et la dépose à côté de lui. Pendant ce temps, il regarde les autres survivants vaquer à leurs occupations.

Le mari asiatique s'essuie le visage avec une serviette et rejoint son épouse qui s'est endormie.

Shannon aperçoit des lunettes de soleil à côté d'elle. C'est Boone qui les lui a rapportées. La quittant, il se met à sourire et elle en fait de même.

Sayid joue avec une pomme en la lançant en l'air puis l'envoie à Sawyer, surpris.

Quand à Charlie, il a des morceaux de compresses autour de ses doigts où il inscrit, avec un feutre, le mot "LATE" pour "TARD".

La femme enceinte est allongée sur le sable et touche son ventre tout en parlant à son futur bébé.

Walt, marchant entre les débris, voit son père arrivant avec Vincent à ses côtés. Il est heureux et se met à courir vers eux. Le chien est détaché tandis que le père est très content d'avoir pu rendre joyeux son fils. Ils s'amusent avec le chien pendant que Locke, à l'écart, les regarde pensif et menaçant.

Kikavu ?

Au total, 122 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Malice825 
08.11.2020 vers 14h

cartegold 
04.09.2020 vers 13h

Emmalyne 
26.02.2020 vers 18h

TreizeOr 
17.01.2020 vers 09h

Mathry02 
03.07.2019 vers 17h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

L'HypnoCard His Dark Materials de la catégorie Evil a été élue HypnoCard du mois de février 2021 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

HypnoCup 2021: On vote!
Votez! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
L'intégrale de Lost sur Disney+ Star le 23 février

L'intégrale de Lost sur Disney+ Star le 23 février
La plateforme Disney+ va lancer le 23 février prochain Disney+ Star et il y aura un très grand...

Décès de l'actrice Mira Furlan à 65 ans

Décès de l'actrice Mira Furlan à 65 ans
Nous apprenons ce vendredi 22 janvier une bien triste nouvelle : l'actrice Mira Furlan, qui...

Nouveau Sondage

Nouveau Sondage
Un nouveau sondage est en ligne, en l'honneur de John Locke.Merci pour vos votes. :)...

Nouveau Design

Nouveau Design
Un tout nouveau design est en ligne dans le quartier de LOST.Merci à serieserie pour son...

Elizabeth Mitchell rejoint la saison 2 de Outer Banks

Elizabeth Mitchell rejoint la saison 2 de Outer Banks
Elizabeth Mitchell rejoint le casting de la saison 2 de Outer Banks. Annoncée comme régulière, elle...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Imaginez. Quel autre acteur aurait pu incarner John Locke ?

Total : 18 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

CastleBeck, Aujourd'hui à 16:45

De nouveaux calendriers vous sont également proposés sur les quartiers Anne, Castle et This Is Us. Merci.

ShanInXYZ, Aujourd'hui à 17:26

Nouvelle PDM Fashion Year, Nouveaux calendriers, Nouvelle question dans le quizz sur l'amour, tout ça sur le quartier Doctor Who et c'est pas fini

Aloha81, Aujourd'hui à 17:41

Le calendrier du mois de mars est arrivé sur le quartier Magnum P.I. N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Kika49, Aujourd'hui à 18:56

Le calendrier du mois de Mars est arrivé sur le quartier The Resident. N'hésitez pas à laisser un commentaire !!!!!!!!

Sas1608, Aujourd'hui à 20:47

Venez découvrir sur le quartier de Grey's Anatomy son nouveau design souvenir. Merci à Spyfafa

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site